• Événement de communauté

    Bienvenue à toutes et à tous. Que ceux dont les cœurs sont sincères et courageux les entraînent dans ce noble voyage à travers des bois périlleux et des champs perfides !
    L'événement de la communauté débute le 28 juillet et prend fin le 17 août ! Pour plus de détails, vous pouvez cliquer ici !
  • Événement août 2022 - La Foire aux gains

    Forgiennes et Forgiens,
    Il est l'heure de participer à notre tout nouvel événement Forum... "La Foire aux gains" !
    Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.
  • Mise à jour 1.236

    Forgiennes et Forgiens,
    La mise à jour 1.236 aura lieu le mercredi 3 août Comme d'habitude, il y aura une courte interruption des serveurs pendant la mise à jour et nous vous prions de nous excuser pour ce petit désagrément.
    Pour une description détaillée des changements à venir, veuillez cliquer ici.

Le colis

Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

Blobb

Cueilleur
Ham' regardait la manifestation passer à la hauteur de la vieille usine automobile prenant la direction du quartier industriel, situées sur la périphérie pour un rassemblement. La journée était ensoleillée et le cortège bon enfant s'en allait gueuler ses revendications, inquiet comme à chaque fin d'époque sur les changements que la nouvelle ère, le progrès ou les astres leurs amèneraient. Ca se passait la plus part du temps assez bien, des compromis étaient trouvés, on acceptait de garder certaines vieilles usines pour ne pas briser les chaines d'approvisionnement des plus récentes et si on en détruisait, c'était pour en reconstruire de nouvelles, toujours plus coûteuses dans leur fonctionnement.

Ham' se décida à prendre le pas avec les derniers manifestants pour bifurquer rapidement à droite et s'enfoncer dans le parc bordant le Castel del monte, non loin du monastère et la tour hantée gardant le secret de sa pendule perpétuellement en retard et surtout l'échoppe de son ami bouquiniste, Flavio, qui en même temps qu'il vendait des livres que plus personne ne lisait, servait aussi un café d'une grande qualité et pour cause c'était Ham' qui lui fournissait.

Les deux complices aimaient à se retrouver l'après midi, autour d'une table sous les arbres pour refaire le monde, discutant aussi bien des algorithmes de régénérations quantique que de la précision ou de la finesse qu'il fallait déployer pour obtenir une cuisson de pates al dente.

Ham' toqua à la vieille porte en bois grande ouverte de l'échoppe pour s'annoncer, étonné de ne pas trouvé son ami sous les arbres par une si belle journée.


- Ola Flavio qu'est ce que tu fais dans ton échoppe avec un temps pareil !

L'odeur du café vient aussitôt à ses narines, le bruit d'un perco en train de siffler montant dans les tours ce fit entendre, lui faisant comprendre que ce dernier avait deviné sa visite.

Flavio servit deux tasses sur le comptoir avant de venir donner l'accolade à son ami. Il marchait plus lentement en prenant de l'âge observa Ham' et sa silhouette s'empâtait, se voutait irrémédiablement avec les ans, mais son esprit était toujours aussi sage pensa Ham' qui admirait se genre de personne, celle qui ne se trahissait jamais, même avec le temps.


- Ola Ham' comment va le joueur de flute, tiens je t'ai préparé un café et ensuite je ferme... rajouta il un peu gêné.

Le joueur de flute, c'est comme cela que Flavio surnommait son ami, en souvenir du jour ou il l'avait rencontré, en train de jouer de la flute au milieu du parc il y a bien longtemps de cela.


- Tu fermes, une journée pareille, tu es malade ?

Flavio haussa des épaules.

- Pas du tout mais je suis bouquiniste moi pas pharmacien, y a deux manifestations en ville, une qui veut fermer des usines pour lutter contre l'hyper-productivité ou le consumérisme et une autre qui veut en ouvrir pour fabriquer encore plus de trucs et couvrir le monde comme le sable sur le sphinx, d'objets manufacturés majoritairement inutile, quand elles vont se rencontrer tu penses que ça va se passer comment, la dernière fois y a eu un reflux à cause des gaz lacrymogène y en avaient partout étalés dans le parc, non merci je tiens à ma tranquillité.

Le ton était ferme, décidé, Ham' prit le temps de porter son café près de son nez et ferma les yeux un court instant avant de répondre.

- Les autorités ont du faire en sortent que les deux manifestations ne se rencontrent pas rassure toi, et toi t'en penses quoi de tout ça ?

Ham' se décida à boire une gorgée qu'il garda longtemps en bouche avant de la laisser filer avec parcimonie au fond de sa gorge. Il prenait le ton à la légère mais le problème était bien réel dans la cité état, et faisait débat dans toutes les couches de la société.

- Moi je pense que le progrès est une bonne chose, que cela nous a permis de vivre mieux, mais on a appris aussi que produire ou inventer pouvait entrainer des réactions irréversible, alors cela doit être encadré, mais comment tu veux expliquer cela à des gens qui marchent en regardant leur écran, ils fuient la réalité, les écrans ne sont pas le mal mais le symptôme, moi je l'aime bien ma réalité et toi aussi je ne t'ai jamais vu avec.

Ham oscilla doucement de la tête pour approuver ce que son ami disait, il avait raisons, les progrès avaient été fulgurant quand on portait attention, des satellites et des drones peuplaient leur quotidien, on soignait pratiquement toutes les maladies, même la mort allait se retrouver sans emploi bientôt si on n'y prenait pas garde comme aimait à dire Ham' à l'occasion ce qui agaçait particulièrement son ami, bien conscient lui, de la fragilité de leur existence.

- D'ailleurs... continua Flavio sur un ton moins complaisant... y a un de ces foutus engins qui est venu ici pour toi !

Ham qui avait du mal à suivre fronça légèrement les sourcils.

- De quoi parles tu Flavio ?

Il indiqua alors le ciel pour mieux se faire comprendre d'un air courroucé.

- Les engins qui volent pour t'apporter des trucs, tu sais que je les aime pas en plus et tu en fais venir un ici !
S'insurgea le vieil homme

- Un drone ? tenta Hamelin un peu perdu.

- Oui voila, ben quoi fait pas l'innocent il est venu livré un petit colis pour toi hier ici, c'est bien que tu as filé mon adresse à quelqu'un !

Ham' avait du mal à faire le rapprochement mais confirma bien que, oui les drones servaient à livrer des trucs comme il disait mais lui n'avait rien commandé et encore moins en donnant son adresse, Flavio lui tourna le dos pour aller dans la réserve pendant que son ami réfléchissait à tout allure en essayant de se rappeler en vint, et pourquoi le faire livrer ici ce n'était pas son genre du tout.


- Tu es sur qu'il ne s'agit pas d'une erreur, j'ai rien commandé moi et encore moins avec ton adresse je t'assure.

Flavio revint avec un colis de petite taille à la main qu'il lui passa sur le comptoir.

- Et celui la je l'ai inventé peut être, Ham' tu es mon ami, tu sais que je les aime pas les "bourdons" alors évite d'en ramener ici s'il te plait.

Ham' regarda le colis incrédule, il lui était bien destiné si on en lisait ce qui était écrit dessus, mais il en était le premier surpris.

- Je ne comprends pas du tout je t'assure, tu me connais je ne me serais jamais permis d'utiliser ton adresse sans t'en avoir parlé, désolé pour le dérangement sincère.... je vais leur notifier la chose pour ne plus que cela ce reproduise.

Flavio termina son café et alla déployé les volets en bois qui qui lui servaient de rideaux, Ham' comprit que c'était le moment de s'en aller et après avoir donné l'accolade à son ami pour le saluer et enterrer ce malentendu il sortit avec son colis, un peu décontenancé par cette fermeture soudaine.

Il regarda l'objet de petite taille dans sa main, en l'observant il se rendit compte qu'il avait quelque chose d'anachronique, il était enveloppé dans une feuille de papier kraft marron avec une simple ficelle en chanvre pour le tenir fermer.

Il réfléchit un instant, ça faisait des années qu'il n'avait pas vu de papier kraft ni de ficelle de la sorte, et le tout livré par un drone, il sourit en l'ouvrant et se disant que ça devait être une entreprise qui misait tout sur le "c'était mieux avant" et s'amusait à lancer une nouvelle ligne de produits à la tendance rétro, mais pas du tout.

A l'intérieur de la petite boite en carton il n'y avait qu'un morceau de papier plié en quatre avec dessus écris simplement, deux séries de chiffres et de signes sans aucune autre forme d'indication.

Ham' intrigué fouilla méticuleusement le colis et l'emballage qui ne possédait rien de plus, il fronça les sourcils légèrement contrarié, glissa le bout de papier dans l'une de ses poches, cala l'emballage sous son bras et prit la direction de chez lui pour aller interroger son IA sur l'éventualité que la série de chiffres soit un code avec son mot de passe correspondant.

Il rentrait en sifflotant d'un pas détendu, abandonnant la quiétude du parc pour remonter l'avenue, au loin on pouvait entendre les slogans des manifestants accompagnés des klaxons des voitures immobilisées dans le trafic, les bruits de la cité qui respirait à plein poumons.
 

Blobb

Cueilleur
Le développement industriel de la cité, avait créé un besoin important dans le domaine du logement, des tours d'habitations peu confortable aux copropriétés luxueuses en passant par la nouvelle mode des maisons souterraines, sans oublié l'immense projet de l'acrologis ville dans la ville, il y en avait pour tous. L'intérieur des logements n'était pas de reste, les équipementiers savaient à présent comme dans un très célèbre poème revêtir le plus sordide bouge d'un luxe miraculeux, sans picoler, en recréant à l'aide d'hologramme l'intérieur souhaité, couleurs des murs meubles ou carrelage en marbre, le paraitre n'avait plus de limite, le tout assisté par la domotique vous permettant d'accéder au pouvoir des dieux en faisant se lever et se coucher le soleil à volonté.

Mais rien de tout cela n'intéressait pas Ham' , il logeait au dernier étage d'une copropriété, il avait aménagé des serres sur le toit pour avoir des fruits et une variété de plantes qui ferait s'interroger n'importe quel botaniste sur leur ancienneté ou tout simplement le fait qu'elles avaient disparu depuis longtemps, y résidaient. Sinon ses murs étaient peint et décorés et ses meubles bien réels, et contrairement à bon nombre de ses contemporains rien n'était connecté, si ce n'est légère incartade à ses principes son IA à la voix personnalisé et quelque fois envahissante qui lui servait d'assistant à de très rare occasion, détail qu'il ne manquait pas de lui rappeler aussi souvent qu'il lui demandait quelque chose.

Ham regardait à travers sa baie vitré donnant sur l'avenue, entre le nouveau parc écologique et vestige plus ancien, l'énorme ballon dirigeable bleu, qui lui faisait de plus en plus songé à ce fameuse éléphant en carton pate érigé après une campagne militaire dans les contrées lointaines, d'un passé oublié.


- J'ai du boulot pour toi Cinabre demanda il toujours entrain de regarder l'avenue.

Après un court instant une voix se manifesta.


- Oooooaooouuu y va neiger des cachalots mon pote !!! qu'est ce qui ferait plaisir à sa seigneurie ?

Le ton était désinvolte voir moqueur, retouche personnelle pour le rendre moins effrayant avait pensé Ham'

- Je t'ai posé un emballage à analyser pour savoir quelle compagnie de livraison se sert de se type de matériaux et un deux séquences codées dont j'ignore la fonction, trouve moi la serrure dans laquelle je dois les mettre, au boulot j'aimerai les avoir avant de partir.

L'avenue qui s'étalait devant la baie vitrée était redevenue fluide, après le cortège des manifestants, les sorties d'écoles, d'usines, de bureaux elle avait retrouvé son calme à la plus grande satisfaction de Ham' qui devait sortir cette nuit.

- J't'adore toi, tu as plus de matoss' que les labo' de recherche et tu me demandes d'analyser du papier kraft... des fois j'te jure...

Ham' tiqua à la remarque.

- Des fois j'te jure, c'est moi qui t'ai appris ça, tu jures toi ? en se disant qu'il devrait se résoudre un jour à le réinitialiser, très étonné d'avoir aborder le sujet de la religion dans ses mémoires.

- Bon tu le veux ton tuyaux ou pas, ton papier Kraft y vient de nul part, je m'explique, c'est l'emballage utilisé par les entreprises de livraisons pirates, pas déclarées, elles servent souvent pour de l'événementiel d'entreprise en temps réel, donc ça peut être n'importe qui même un particulier qui l'utiliserait pour inviter les gens à son anniversaires, pour ton code, c'est pas un code, c'est un emplacement au centre de cryo mon gars, et non c'est pas une blague bien pourrie sur un éventuel avenir proche te concernant, car cerise sur le gâteau, le tiroir est plein.. Y A UN POLICHINEL DANS L' TIROIRE !!!
Suivit d'un rire bien barré, avant de reprendre sur un ton plus sérieux.
- Non mais sans plaisanter, fait attention avec tout ce qui touche à CRYOLIFE, entreprise très influente, on entre sur le terrain des transhumanistes et ces gens la sont pour moi atteint de bouffées délirantes, et potentiellement dangereux, pour eux le concept de vie éternelle est rattaché à celui de sécurité, comme quoi l'page ça rend pas plus sage, ça rend craintif.

Ham' ne pu s'empêcher de sourire en songeant à cette détresse mentale qui poussait les gens à vouloir devenir immortel, lui faisant aussi remonter des souvenirs personnels d'une certaine rencontre.

A l'époque il venait de trouver une relation ou un langage entre les animaux et sa flute, il venait à l'occasion dans le parc en jouer ce qui ne manquait pas d'entrainer des manifestations aussi étrange que belle de la part de ses nouveaux amis à poils ou a plumes.

Un jeune garçon, plus curieux que les autres avait compris qu'il pouvait exister une relation entre lui et les animaux. Il l'observait faire au début de loin et comprenant qu'il n'y avait pas de danger avait fini un beau jour par l'aborder.
Ils avaient rapidement sympathisé, le jeune garçon était curieux et Ham' avait du temps et de la patience, pour lui expliquer et lui faire découvrir certaines évidences pourtant bien cachées.


-...quand tu places du sable sur une surface qui vibre, tu peux rapidement voir qu'il prend une forme au dessus quand il entre en résonnance, est ce que la forme est dans le sable ou dans la vibration, la matière c'est pareil sauf qu'elle est condensée mais si tu arrives à trouver la bonne vibration tu la feras parler, comme avec les oiseaux quand ils viennent danser au dessus de moi quand je joue de la flûte...

Le garçon écoutait ébahi et posait milles questions nouvelles à chaque réponses, et surtout aimait par dessus tout les contes et légendes, les anciens comprenant tout au fond de lui, qu'ils n'étaient pas fait pour les enfants contrairement à ce que l'on a longtemps voulu faire croire et qui tantôt l'effrayaient ou le laissaient rêveur dans ses pensées.

Un jour en le voyant faire danser des hérissons dans un coin du parc il lui déclara après un long moment de silence et de réflexion... j'ai compris qui tu étais, c'est toi le joueur de flute d'Hamelin, le charmeur d'animaux, et les enfants que tu as pris, tu en a fait la cité...

Il ne savait pas à quel point il pouvait avoir raison.

Ensuite le joueur de flûte avait disparu, pendant longtemps près de vingt ans, le jeune garçon avait grandi, il travaillait dans une maison d'édition et un jour par hasard, il retrouva le charmeur d'animaux.

Le jeune garçon c'était Flavio, c'est lui qui le reconnu, et pour cause, il n'avait pas changer d'un iota, pas pris une ride, vingt ans après il semblait l'avoir quitté la veille dans le parc à regarder les oiseaux faire des figures dans le ciel en les accompagnant de sa flûte.

Ca aurait pu intriguer ou effrayer n'importe qui mais pas Flavio, il garda le secret pour lui et partagèrent une amitié sincère depuis ce temps...

La nuit tombait, Hamelin sorti de chez lui l'esprit encore loin dans ses souvenirs, il entendit à peine la voix de Cinabre qui gueulait derrière lui.


- Tu sors, amènes moi avec toi fais pas ton crevard !!!!!
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut