• Événement estival 2022

    Mille sabords ! Oserez-vous affronter les eaux infestées de requins de l'île Forge à la recherche du trésor ? Il est temps de hisser les voiles et de voguer vers l'île Forge, la roue de la fortune vous attend !
    L'événement de la communauté débute le 1er septembre et prend fin le 21 septembre ! Pour plus de détails, vous pouvez cliquer ici !
  • Événement septembre 2022 - Scolarité Forgienne

    Forgiennes et Forgiens,
    Il est l'heure de participer à notre tout nouvel événement forum "Scolarité Forgienne" !
    Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.
  • Mise à jour 1.240

    Forgiennes et Forgiens,
    La mise à jour 1.240 aura lieu le mercredi 28 septembre. Comme d'habitude, il y aura une courte interruption des serveurs pendant la mise à jour et nous vous prions de nous excuser pour ce petit désagrément.
    Pour une description détaillée des changements à venir, veuillez cliquer ici.

VOTE CONCOURS ÉCRITS HIVER 2021

Quelle œuvre préférez-vous ?

  • Texte numéro 1

    Votes: 5 35,7%
  • Texte numéro 2

    Votes: 6 42,9%
  • Texte numéro 3

    Votes: 3 21,4%

  • Total de votants
    14
  • Sondage fermé .
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

Pusso

Empereur
Bonsoir, voici l'heure des votes. C'est avec plaisir que je vous propose trois œuvres.

Vous avez trois semaines pour voter pour votre œuvre préférée.

Bien sûr, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire (tout en restant courtois) que les auteurs des œuvre se feront un plaisir de lire.

Il avait l'air fripé et salingue, mais il pouvait faire l'affaire.

Trônant royalement sur un coin de bureau avec l’arrogance de celui qui n’a aucune concurrence immédiate, je pouvais raisonnablement envisager de l'embarquer avec moi aux toilettes pour le parcourir de mes doigts distraits.

Il me restait 2% de batterie sur mon portable, trop peu pour un séjour potentiellement long en salle de réunion avec Jacob et Delafon. Du coup ce bouquin de philo oublié sur le bureau de mon collègue pouvait faire l'affaire histoire de m'occuper autrement qu'à compter les trous du contreplaqué au plafond.

Allez, adopté ! De toute façon la réunion devenait pressante et il devenait urgent que je m'y rende.

Je glisse le portable dans la poche arrière de mon pantalon de costume, embarque l'abrégé de philo et en route vers les toilettes au pas de charge.

Pas de présentations pour cette réunion, je vais direct dans le vif du sujet. Je suis ensuite libre de prendre mon temps et de m'intéresser au bouquin.

Ma première impression est amusée. Un vieil abrégé de philo post bac qui aborde les thèmes les plus classiques. Je tombe alors sur le temps. Ça tombe bien, là je m'en accorde.

Plus je parcours ce chapitre plus mon intérêt s'éveille, parfois même mon amusement.

Héraclite aurait écrit "j'ai l'espace, mais je suis temps." Oui pas faux, sauf que moi je manque d'espace dans cette cabine, même si par contre j'ai le temps.

Sartre quant à lui aurait écrit que "Je ne puis être heureux qu’au passé". Quel charlot ! Je suis bien heureux là maintenant moi, à trôner pour lire ces considérations d'un autre temps.

Bon allez assez glandouillé, le devoir m'appelle. De plus je n'ai pas envie que mon boss finisse par se demander où j'ai disparu et devoir me justifier en plein open space sur mes réunions privées.

Une fraction de seconde, l'idée amusée de me torcher avec ce recueil d'écrits pompeux m'effleure, mais je l'écarte. Si je tombais sur mon collègue pour lui rendre un bouquin tout droit sorti des égouts pourrait créer un incident diplomatique bien inutile. Mais bon quand même ça m'aurait bien amusé.

Mes mouvements sont contraints dans cet espace exigu, je suis obligé de me contorsionner tant bien que mal pour me repantalonner sans savoir que faire de ce satané bouquin qui d'ailleurs pour me contrarier un peu plus tombe par terre. Je me penche pour le récupérer, et pour finir de se moquer de moi, le sort pousse mon portable hors de ma poche arrière et le guide jusqu’au magma putride qui grouille au fond de la cuvette dans un floc mollasson qui rend la scène encore plus pathétique pour moi. Et bien entendu je n'avais pas encore eu le temps de tirer la chasse. Me voilà contraint de tâtonner avec dégoût pour tâcher de récupérer mon portable, qui ressort ruisselant, souillé et puant.

Je n'ai plus qu'à sortir pour essayer de le nettoyer et tandis que je suis en train de l'essuyer, une autre pensée amusée me vient à l'esprit: si j'avais été philosophe j'aurais pu déduire de cette péripétie qu'à trop perdre son temps on se retrouve irrémédiablement dans la merde.

- Grandir -

On l’appelle. Dimanche matin, petit déjeuner en famille. Ils sont dans la cuisine. Tous les quatre. Ils rient. On l’appelle. Elle sort de la salle de bains. Elle est grande, elle a quatre ans. Depuis qu’il y a un petit frère et une petite soeur, elle a appris à se débrouiller toute seule. Elle sait s’habiller, se débarbouiller, avec un petit réhausseur pour arriver aux robinets, se laver les dents. Elle est fière d’être LA grande. Son petit frère et sa petite soeur sont... petits et fragiles. Ses parents lui ont souvent répété qu’elle devait être un exemple et aussi qu’elle devait faire très attention, parce qu’ils sont petits et elle est grande. Ils sont fragiles et elle est forte.
Maman l’appelle à nouveau. L’air est riche des odeurs de café, de chocolat chaud, de tartines grillées et beurrées par papa, toujours par papa. Les narines frémissantes, elle se dépêche de remonter le couloir. En souriant. Heureuse de ce moment familial si chaleureux. Heureuse que papa soit là. Il est si souvent en déplacements, loin. Les babillements de sa petite soeur de 1 an, le bruit des jouets de son petit frère de 2 ans. Elle se dépêche. Il lui tarde de sauter sur les genoux de papa et de lui raconter sa semaine à l’école. Elle sourit. Papa aime chanter des comptines avec elle, il lui récite des poèmes qu’elle ne comprend pas toujours. Maman chante souvent aussi et elles discutent sérieusement quand les petits dorment, parce qu’elle est grande et qu’elle comprend. Elle aide maman autant qu’elle peut. Virage rapide. La porte de la cuisine.
Elle s’arrête net.

Puis elle recule lentement, sans faire de bruit.
Elle ne fait jamais de bruit.

Elle a vu sa petite soeur que papa fait sauter sur ses genoux dans de grands éclats de rire, et son petit frère qui joue sur les genoux de maman.
Adossée au mur du couloir, en silence, des larmes inondent ses yeux.

Maman l’appelle à nouveau et finit par poser son petit frère, se lever, et venir la chercher. Inquiète du silence.
Dans le couloir, maman est face à des larmes d’un immense chagrin d’enfant. Inquiète, maman s’agenouille et questionne doucement, patiemment.
Entre deux hoquets, elle répond qu’il n’y a plus de place pour un enfant sur les genoux de papa et maman, il n’y a plus de place pour elle. Ils le lui avaient bien dit, mais aujourd’hui, elle a compris qu’elle était grande.
Maman la serre fort dans ses bras. Mais c’est différent.

Les jours passent. Elle n’a plus jamais demandé à grimper sur les genoux de ses parents et a laissé toute la place à son frère et sa soeur. Elle est devenue une grande soeur. L’aînée, l’exemple, la protectrice. Ce jour-là, elle a décidé qu’elle n’aurait plus jamais besoin que d’elle même. Elle a accepté de grandir.

Chers parents,

Aujourd'hui je vous écris pour vous remercier du cadeau inestimable que vous m'avez fait : me donner la vie.

Il y a tellement de moments dans ma vie qui m'ont donné des leçons de courage, d'humilité et d'abnégation, que je ne saurais vous dire laquelle m'a été la plus profitable.

La première leçon reçue fût quand vous êtes partis « pour un monde meilleur ». Alors que j'étais encore très jeune, j'ai appris que les gens n'aiment pas la douleur et la tristesse et j'ai fait à ce moment là la différence entre « copains » et véritables ami(e)s... Enfin, ce sont eux qui l'ont fait pour moi.

Une autre leçon apprise : Rien n'est jamais acquis et souvent lorsque l'on se retrouve seul(e) alors que l'on pensait finir sa vie en bonne compagnie... C'est que quelque part, on s'est endormi(e) sous les lauriers.

A ce propos, une petite anecdote amusante me revient à l'esprit : à 16 ans, on croit tout savoir et on est absolument sûr d'avoir raison. C'est donc dans cette optique que j'ai commencé une discussion avec un grand oncle et tante (encore jeunes à l'époque), leur disant qu'il était normal que l'homme soit plus vieux que sa femme. J'ai étayé mon propos par des exemples, tous plus.. idiots les uns que les autres... et ils ne répondaient pas avec juste un petit sourire en coin. Ils m'ont laissé étaler « mon grand savoir » et ont conclu en m'indiquant que ma grand-tante était plus âgée que mon grand-oncle.... Et là, j'ai reçu une belle leçon de vie.

Des leçons j'en ai reçues mais aussi des moments de joie et des satisfactions, en particulier lorsque l'une de mes enfants devenue adulte m'affirme que je l'ai bien élevée et que je vois que l'ensemble de ma progéniture a une vie stable et des projets d'avenir.

Mes chers parents, ma vie a été une succession de leçons qui ont fait ce que je suis aujourd'hui : un être fort et décidé. Certes, je suis encore très « fleur bleue » et me cache souvent derrière l'auto-dérision, mais en cela, je ne suis pas votre enfant pour rien !

Un jour, c'est certain, nous nous reverrons et en attendant, je vous serre très fort sur mon cœur.

Votre enfant.



Ps : Ce jour-là, prévoyez gâteaux et petits fours car j'aurais une palanquée d'anecdotes à vous raconter et nous rirons ensemble de mes épopées.
 

Lyuba

Explorateur
Texte 1 : Désopilant de réalisme, j’ai adoré ! Il faut espérer que cela porte bonheur .. :p

Texte 2 : Que de finesse dans l’expression des émotions. Un texte à faire lire aux cadets et aux benjamins, pour comprendre ce qu’est le devoir d’ainesse, avant même de le restreindre à un droit.

Texte 3 : Un bien touchant remerciement.

Merci pour vos partages, un excellent moment, que de vous lire.
 

Lyuba

Explorateur
giphy.gif
Félicitations à l'auteur du texte n°2, et bravo encore une fois à ses deux challengers, qui n'ont en aucun cas démérité.
 

Anamatt

Empereur
@Kelfoutoir : depuis le temps qu'on vous dit : "ne mettez pas votre portefeuille dans votre poche arrière !"... le principe est le même pour les portables ! ^^
@BlackKwolph : C'est un texte magnifique qui m'a fait m'interroger car oui, on dit toujours à l'ainé(e) qu'il/elle sert de référence au cadet (je suis moi-même tombée dans le "piège"), mais c'est après que l'on se rend compte le poids qu'on lui a fait porter : Celui d'être irréprochable.

Bravo à vous deux ^^
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut