L.A. Tricité

Discussion dans 'Jeu de Rôle' démarrée par LudmillaDc, 29. Jan 2018.

  1. LudmillaDc

    LudmillaDc Mousquetaire

    Inscription:
    3. Nov 2017
    Messages :
    248
    "J'aime" reçus :
    1.499
    La cité des anges. Dorénavant ce n'est plus une mégapole brillant sous les projecteurs et les célébrités. D'une part la ville, ou plutôt ces restes, ont été avalés par la mer et de l'autre ensevelis par le désert. La quatrième guerre mondiale a tout réduit à néant, le climat est devenu difficile à supporter, il n'y plus ni végétaux ni animaux seule la communauté des trois tours (appelées MANGER, DORMIR, TRAVAILLER) survie. Située à quelques kilomètres de Los Angeles la Tricité a une vue devenue imprenable sur le désastre qui a eu lieu il y a bientôt deux siècles. Depuis les hublots des tours on ne voit que ruines, désert et mer. Jusqu'à l'horizon le paysage est monotone,même depuis les sommets aux quatre cent soixante-douzième étage de la tour MANGER, la plus haute des trois.

    __________________________________________________________

    Carmine fait partie des expéditeurs, elle a un petit bureau dans TRAVAILLER au trois cent quarante-sixième étage. Pas mal pour une fille d'institutrice des bas fonds qui faisait partie des étages à moins 30 sous la surface à la naissance !

    Son père tout comme son frère étaient décédés dans un accident dans les bas fond de la tour MANGER seize ans plus tôt, elle en avait douze alors. La révolte des rats avait fait beaucoup de victimes des deux côtés mais le décès d'un infirmier et un étudiant en ingénierie externe n'avait jamais trouvé d'explication claire à ses yeux. Le conseil avait juste conclu à un souci sur les chaudières à la marge, pas d'explosion, pas de dégâts sauf un groupe de 8 hommes morts asphyxié on ne sait pas comment. Les centaines de morts dû à la révolte ouvrière avait bien plus de conséquences alors et avait éclipsé toute enquête réelle sur ce qu'il leur était arrivé.

    Malgré ce drame sa mère lui avait donné une bonne éducation. Elle savait lire, compter plus tôt même que certain des centièmes. Grâce à cela Carmine a pu faire des études à la surface. Se révélant d'un bon équilibre physique et mental selon les tests pour la répartition des rôles elle a eu la grande chance de pouvoir choisir entre ingénierie externe (interne étant strictement réservé au plus hautes classes) et expéditeurs. Suivre les traces de son frère était son rêve, mais sa mère développa alors une insuffisance respiratoire aiguë. Pour leur survie il fallait rapidement que Carmine travaille. Entre les trois ans d'études et un stage de quinze mois rémunéré le choix fût fait pour elle.

    Sa mère était morte il y avait un an, elle avait tout de même pu l'amener au-dessus de la surface quelques mois avant. Malheureusement, comme c'était commun de mourir ainsi dans les Tricités.

    ____________________________________________



    " Bon allé les gars, j'ai fait les calculs, la zone XP32 est en sûreté dans soixante seize et pour deux cent quatre vingt treize minutes
    donc on se magne, on prépare le matos et en combi tout le monde !
    On va enfin pouvoir observer c'est quoi qui nous fou en l'air la balise."
    dit Carmine, les données météo en main affichées sur sa tablette.

    "Surtout qu'on doit revenir pour vingt deux heures pour savoir qui prendra le poste de chef d'équipe." soupir Derk en répartissant les sacs à chaque membres de l'équipe.

    " Ouais on va revenir pour ton sacre Carmine." pouffe Fran en comptant les différentes étapes sur l'écran de l'ordinateur de Carmine pour les remettre sur sa propre tablette.

    "Rien ne dit que ce sera moi, et après la disparition d'
    Ekart je ne sais pas si j'ai envie de ce poste" répond
    Carmine tout en préparant son pack et en attendant que la carte du secteur se télécharge sur la tablette.

    "
    Qui tu voudrais d'autre ?" s'exclame Derk qui récupère les rations de survie dans le frigo et les distribue" De l'étage expédition y a que toi qui ramène tes équipiers vivant et va aussi loin !"

    Carmine ne sait pas en effet qui d'autre? Mais les deux derniers chefs d'équipes ont disparu avec leurs subordonnés sur des missions standards et ils étaient les seuls à avoir de meilleurs résultats qu'elle. Deux aussi bonnes équipes disparues en moins de six mois ça la calmait.
     
    showXYtime et Kristillera aiment cela.
  2. FENRIR NEFASTE

    FENRIR NEFASTE Lancier

    Inscription:
    26. Mai 2017
    Messages :
    132
    "J'aime" reçus :
    756
    Mercredi 18 mars 186, 7h30, comme chaque matin John Johnson III entrait dans son bureau au 419ème étage de la tour Travailler. Il était l’héritier d’une des huit familles qui avaient financé la construction de la Tricité. Son siège au conseil faisait de lui un des triciens les plus influent.
    Il portait son costume gris dans lequel il espérait faire ressortir la beauté de ses yeux clairs qui étaient les seuls à ne pas avoir subi l’outrage du temps. Il posa sa veste sur la vieille chaise en polypropylène blanc qu’il avait hérité de son grand-père. Le bureau était lui aussi un souvenir du temps passé, estampillé Starck, un artiste d’avant guerre qu’il appréciait particulièrement. Le bureau trônait au milieu de la pièce comme une barque dans un lac asséché. John Johnson III ouvrit machinalement l’immense soupière en cristal qui se perdait au milieu des piles de dossier. Il prit une poignée de billes bleues, des protéines artificielles qui étaient son petit-déjeuner préféré, et il se dirigea vers l’orangerie. Il l’avait faite construire il y a quinze ans lorsque feu son père lui avait cédé son titre au conseil. Il s’installa sur le banc en fer forgé sous les palmiers pour picorer ses billes bleues. Il était pensif, des nuages flottaient dans son esprit, il regardait fixement le bassin recouvert d’un dôme de verre qui était devant lui. Les rides de son front trahissaient son impuissance face à ses tourments. Il se résolu donc à les fuir, se leva d’un bond et il appuya sur l’interrupteur qui déclencha l’ouverture du dôme. Il était l’heure de libérer Pippo 2.7. Un étrange poisson mauve et rouge nageait au milieu des nénuphars.
    - Pippo ! Pippo ! Dit John Johnson III
    Et le poisson surgit hors de l’eau, il déploya ses ailes et se mit à voler au dessus des palmiers. Après quelques tours il se posa sur son perchoir à proximité du banc.
    - Qui c’est le plus beau ? demanda John Johnson III
    - Piiiiiiiiippo répondit l’oiseau
    - Qui c’est le patron ?
    - John Johnsoooooon strida Pippo 2.7.
    Il avait commandé Pippo au laboratoire clonage de la tour Manger. Un croisement entre Carassius auratus “ Bristol shunbunkin” et Anodorhynchus hyacinthinus. Les précédentes versions n’avaient pas été, disons… très esthétique mais Pippo 2.7. était un réel succès. Un compagnon idéal pour l’homme du 419ème étage T. Certains disaient même que Pippo 2.7 était celui qui prenait les décisions au conseil.
    8h, John Johnson III allait pouvoir commencer son inspection. Il mit son oculus et pris les commandes du drone de l’atelier 73, il commença par vérifier si les cartes de pointage étaient toute validées avant d’avancer au dessus des machines. Le chef d’atelier vit le drone se mettre en mouvement et il baissa la tête l’air résigné. Il savait qu’il n’était qu’un pantin, quoiqu’il décide Big Boss allait modifier tout son planning. En effet John Johnson III préférait faire déambuler sa grandeur au milieu du bas peuple plutôt que d’affronter les piles de problèmes qui s’entassaient sur son bureau. Il remarqua une machine au ralenti, le drone se posta au dessus d’un opérateur qui semblait en difficulté. L’homme tentait de modifier les réglages pour rétablir le bon fonctionnement mais il était trop tard, la présence du drone ne fit qu’accroître son stress. Il perdit tous ses moyens et ses derniers efforts mirent la machine à l’arrêt complet. John Johnson III esquissa un léger sourire en allumant son micro.
     
    Dernière édition: 10. Fév 2018
    LudmillaDc, Barbara99, pn1908 et 2 autres aiment ceci.
  3. LudmillaDc

    LudmillaDc Mousquetaire

    Inscription:
    3. Nov 2017
    Messages :
    248
    "J'aime" reçus :
    1.499
    Après la salle de test des systèmes médicaux puis celle des composants techniques vitaux de l'équipement, il y avait encore celle dédiée au matériel de communication et enfin les cabines pour vérifier l'hermétisme des combinaisons.
    Après ces multiples tests l'équipe expéditionnaire put enfin récupérer et préparer les trois scooters des sables et les deux quads fraîchement passés aux contrôles techniques.

    Tout était opérationnel, il ne restait plus qu'à passer les trois sas "de décompression" (faussement appelé ainsi en mémoire de la plongée sous-marine et des astronautes car en réalité ils ne faisaient qu'amener de l'air extérieur par étapes pour éviter une contamination des tours) et ils étaient prêt à se lancer.

    Cinquante quatre minutes après avoir passé toutes les étapes, le groupe attendait devant la seule porte encore opérationnel pour sortir à l'extérieur. Les énormes mâchoires verticales de huit mètres de haut sur trois de large chacune se mirent en branle.
    Les engins purent se faufiler avant même que celle-ci finissent leur lent mouvement d'ouverture.

    Le ciel était clair, pas de vent, rien dans le paysage n'aurait permis à un néophyte d'imaginer la tempête qui s’abattrait au même endroit dans un peu plus de trois heures. Les dunes étaient à cet endroit les seuls repères mais elles bougeaient tout le temps au gré de la météo. Les cinq véhiculent n'hésitaient pourtant pas sur leur destination. Ils se rendaient dans un secteur au nord de l'ancienne L.A., à une heure et six minutes des tricities.
    Mené par Carmine en tête sur un des scooter ils n'avaient de toute façon pas le temps se promener.
     
    Barbara99 et Kristillera aiment cela.
  4. FENRIR NEFASTE

    FENRIR NEFASTE Lancier

    Inscription:
    26. Mai 2017
    Messages :
    132
    "J'aime" reçus :
    756
    - POURQUOI ARRÊTEZ VOUS CETTE MACHINE ?? hurlèrent les haut-parleurs du drone
    - Mais…. Commença à bredouiller l’opérateur
    Pendant qu’une explication qui ne l’intéressait pas lui était donnée, John Johnson III consultait la fiche de sa victime du jour. 40 ans, trois enfants, crédit 73%, un loyer étage 12 de Dormir 11 m², taux de rêve 84, nom Al… peu importe pensa t’il.
    - Vous êtes fatigué ? Peut-être que Travailler ne vous intéresse plus ?
    - …la machine… se débattait incertain l’ouvrier
    - La machine ? Vous accusez la machine pour ne pas admettre votre incompétence ?? Pressez-vous de remettre en marche si vous ne souhaitez pas redescendre sous la surface, là bas nombreux sont ceux qui attendent votre place.
    Perdu, accablé, l’opérateur luttait contre une mécanique qui n’était jamais contrôlé, jamais réparé. Bien sûr les conditions de travail était idéales pour que chacun garde la tête baissée. Sur les cent vingt-cinq personnes présentes dans l’atelier, aucune n’avait relevé les yeux. Ils étaient tous soulagés que la foudre ne se soit pas abattue sur eux.
    Les minutes s'écoulaient sur la pendule molle de l’atelier 73 mais la production ne reprenait pas sur la machine Bravo T plus. Le drone avait poursuivit son inspection et revenait faire face à l’opérateur qui semblait maintenant disparaître dans sa côte de travail déchirée. John Johnson III avait fait appeler un O.B.E.Y. IAT, une Intelligence Artificielle Technique.
    L’O.B.E.Y. prit en main l’écran de contrôle, modifia les paramètres, rétablit les réglages, ajustât les pressions et sans surprise la machine reprit sa cadence infernale.
    - Si vous ne rattrapez pas votre perte de rentabilité, nous serons obligé de nous débarrasser de vous pour le bien de tous ! Je vous conseille donc de ne plus prendre de pause repas pour palier à votre lenteur et à vos inaptitudes. Menaça John Johnson III.
    Humilié, l’opérateur repris sa place d’élément amovible de l’outillage de l’atelier 73 de la tour Travailler. Depuis que John Johnson III avait pris en charge la gestion du travail dans la tour et qu’il avait mis en place ses nouvelles méthodes il n’y avait pas eu de nouvelle révolte.
    Tout à coup l’atelier lui fût masqué par l'affichage d'une alerte message urgent. Il enleva son oculus et abandonna le drone à son fonctionnement automatique.
    Un message de sa secrétaire : “Monsieur Johnson, Elle est dehors”.
    Dans sa précipitation pour sortir de l’orangerie il heurta le perchoir de Pippo 2.7 qui vite effrayé plongea rapidement dans son bassin pour se cacher sous ses nénuphars.
    - Calista ! Calista ! Appelait-il en sortant de son bureau à la recherche de sa secrétaire
     

Haut de page