• Événement de communauté

    Bienvenue à toutes et à tous. Que ceux dont les cœurs sont sincères et courageux les entraînent dans ce noble voyage à travers des bois périlleux et des champs perfides !
    L'événement de la communauté débute le 28 juillet et prend fin le 17 août ! Pour plus de détails, vous pouvez cliquer ici !
  • Événement août 2022 - La Foire aux gains

    Forgiennes et Forgiens,
    Il est l'heure de participer à notre tout nouvel événement Forum... "La Foire aux gains" !
    Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici.
  • Mise à jour 1.236

    Forgiennes et Forgiens,
    La mise à jour 1.236 aura lieu le mercredi 3 août Comme d'habitude, il y aura une courte interruption des serveurs pendant la mise à jour et nous vous prions de nous excuser pour ce petit désagrément.
    Pour une description détaillée des changements à venir, veuillez cliquer ici.

Ce message s'auto-détruira dans...

  • Auteur de la discussion DeletedUser31590
  • Date de début
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

DeletedUser31590

Guest
Voyage vers...



Cela fait trois stations qu'il me dévisage

Alors je le regarde

de loin d'abord

discrètement, prudemment

Dans ses yeux, je lis le désir, le danger, la passion, la perte, le changement, le peut-être

Et aussi la peur qu'il m'inspire

Je suis troublée

Je ne comprends pas pourquoi il m'attire

Car sur ses lèvres, je ne lis aucune promesse

Aucun engagement, aucune certitude

Cela fait six stations que je le dévisage

de moins en moins discrètement

mais toujours prudemment

Il s'est assis à côté de moi, sa main près de ma cuisse

J'ai envie de l'attraper mais je résiste

Il a ce rictus incompréhensible

J'essaye de le déchiffrer

Imperturbable, il continue à me sourire

Cela fait huit stations que je l'envisage

que je remets en question ma vie sage

Je suis fébrile

prête à tout

Le métro s'arrête

Ce n'est pas là que je descends habituellement

Il se lève

Sa main est ouverte, offerte

Il s'apprête à descendre

Se retourne et plonge ses yeux au plus profond de mon être

Ils m'appellent

Mon cœur crie

Mon corps se déchire

Je voudrais bouger, le suivre

Je suis paralysée

Les portes se referment derrière lui

L'Inconnu
 

DeletedUser31590

Guest
Acrostiche très pouilleux

Parce qu'il n'y a pas de plus bel endroit au monde
Ouvre tes bras, que je m'y réfugie
Utilise ces mots dont je ne me lasse pas
Inonde mon cœur de tes sourires ravageurs
Lis dans mes yeux ce que je n'ose pas te dire
Laisse-moi te contempler et te chérir
Embrasse-moi, embrase-moi, enflamme-toi
Use de tous les sortilèges possibles pour que cela ne s'arrête pas
Susurre-moi des promesses que tu pourras tenir
Et je serai à toi pour l'éternité
 

DeletedUser33392

Guest
200_s.gif
 

DeletedUser42983

Guest
Retour de rame, puis chaloupe …

Impossible de détourner mes yeux de merlan oubliés sur l’étal …

Elle m’observe, me scrute, me contemple et me jauge en éclaboussant mes ouïes afin qu’elles me brouillent l’écoute.
Le regard est soutenu, ardent puis vacillant, délicat comme la flamme d’un cierge en presbytère frôlé par une bure psalmodiant le pentateuque …

Se pourrait il que je lusse dans tes yeux, ma belle qui fait banquette en rame, l’indicible envie de mouliner ma ligne à l’hameçon prometteur sans que tu ne le susses ? Alors que Dieu m’est témoin, jamais, Oh ! Grand jamais, je ne me livre à la pêche au thon ?

Pouvait elle ainsi déchiffrer en moi cet ineffable désir de goret abstinent humant le troue de truie que faisait naitre l’aquarelle de traits si fin que Frida Kahlo en eut été pâmée ?

J’étais perdu, ne sachant que faire je souris furtivement tout en essayant en vain de refréner le tumulte de sens exacerbés par la brise au ras d’une marée d’équinoxe laissant la moule offerte au simple passant botté …

Éperdument confiant dans la solidité d’une braguette trop peu culotté à mon gout, je m’assis à côté de mon égérie de la retape résolu à laisser flâner mes doigts sur l’insolente plastique de la naïade à l’arrière train vinyle et sans bouche de métropolisson.

Cela faisait déjà une bonne dizaine de stations oubliées et pourtant elle me fixait toujours, il m’était impossible de détourner les yeux d’un Aubade si bien doté, promesse de futures ébats solitaires … Serais-je assez fou pour oser un selfie d’entremet sain ?

Dans les couinements d’essieux de la Régie et le fracas du rail, montaient les effluves du buralier besogneux à l’heure de pointe ; un mélange de sueur, de résignation et de déo bon marché. En face de nous, étaient affalés un gars grésillant du chef et un névrosé râleur du texto … Je m’étais bien juré que je lancerais mon cœur à la face de la première femelle au bord d’un lac oublié du Saskatchewan incendié par l’été indien et dans la mélopée du brame d’un caribou adultère. Bon sang, pourquoi refouler mon romantisme débridé !?

Le mec normal aurait lancé avec un air super cool, « Salut ! Dis, y a un peu trop de bruit ici, tu viens prendre un café on arrive à Pigalle ? »
… Décidément je ne suis pas un mec normal, a chaque fois ça loupe … tiens, je m’barre …

… Ce n’est qu’après la sonnerie de fermeture des portes, que l’espoir insensé qu’elle découvrit mon numéro de tel glissé dans son sac a l’aide d’un mentos mâchouillé, me berça le cœur d’une langueur souterraine … Ah ! Espoir bâtant m’habites tu ?…
 

DeletedUser31590

Guest
Les sacs à main des femmes
Sont comme des fosses sceptiques
Qu'il faut régulièrement vidanger
Car, à force, l'odeur de la merde ça pique

L'opération nécessite souvent des gants
Parce qu'on ne sait pas ce qu'on va trouver dedans

Deux sprays de ventoline périmés
Un peu comme moi
Un stick à lèvres pour mon cœur gercé
Et des miettes de vieux granola
Aussi défraîchi que le papier peint de mémé
L'arsenal complet sponsorisé par Ragnana

Beaucoup de morceaux de papiers
Qui sont autant de pièces de puzzle
Que je ne veux plus assembler
Un mentos machouillé et un numéro de téléphone
Pourquoi l'appeler?
Je ne compte plus pour personne
 

DeletedUser33392

Guest
Retour de rame, puis chaloupe …

Impossible de détourner mes yeux de merlan oubliés sur l’étal …

Elle m’observe, me scrute, me contemple et me jauge en éclaboussant mes ouïes afin qu’elles me brouillent l’écoute.
Le regard est soutenu, ardent puis vacillant, délicat comme la flamme d’un cierge en presbytère frôlé par une bure psalmodiant le pentateuque …

Se pourrait il que je lusse dans tes yeux, ma belle qui fait banquette en rame, l’indicible envie de mouliner ma ligne à l’hameçon prometteur sans que tu ne le susses ? Alors que Dieu m’est témoin, jamais, Oh ! Grand jamais, je ne me livre à la pêche au thon ?

Pouvait elle ainsi déchiffrer en moi cet ineffable désir de goret abstinent humant le troue de truie que faisait naitre l’aquarelle de traits si fin que Frida Kahlo en eut été pâmée ?

J’étais perdu, ne sachant que faire je souris furtivement tout en essayant en vain de refréner le tumulte de sens exacerbés par la brise au ras d’une marée d’équinoxe laissant la moule offerte au simple passant botté …

Éperdument confiant dans la solidité d’une braguette trop peu culotté à mon gout, je m’assis à côté de mon égérie de la retape résolu à laisser flâner mes doigts sur l’insolente plastique de la naïade à l’arrière train vinyle et sans bouche de métropolisson.

Cela faisait déjà une bonne dizaine de stations oubliées et pourtant elle me fixait toujours, il m’était impossible de détourner les yeux d’un Aubade si bien doté, promesse de futures ébats solitaires … Serais-je assez fou pour oser un selfie d’entremet sain ?

Dans les couinements d’essieux de la Régie et le fracas du rail, montaient les effluves du buralier besogneux à l’heure de pointe ; un mélange de sueur, de résignation et de déo bon marché. En face de nous, étaient affalés un gars grésillant du chef et un névrosé râleur du texto … Je m’étais bien juré que je lancerais mon cœur à la face de la première femelle au bord d’un lac oublié du Saskatchewan incendié par l’été indien et dans la mélopée du brame d’un caribou adultère. Bon sang, pourquoi refouler mon romantisme débridé !?

Le mec normal aurait lancé avec un air super cool, « Salut ! Dis, y a un peu trop de bruit ici, tu viens prendre un café on arrive à Pigalle ? »
… Décidément je ne suis pas un mec normal, a chaque fois ça loupe … tiens, je m’barre …

… Ce n’est qu’après la sonnerie de fermeture des portes, que l’espoir insensé qu’elle découvrit mon numéro de tel glissé dans son sac a l’aide d’un mentos mâchouillé, me berça le cœur d’une langueur souterraine … Ah ! Espoir bâtant m’habites tu ?…

Les sacs à main des femmes
Sont comme des fosses sceptiques
Qu'il faut régulièrement vidanger
Car, à force, l'odeur de la merde ça pique

L'opération nécessite souvent des gants
Parce qu'on ne sait pas ce qu'on va trouver dedans

Deux sprays de ventoline périmés
Un peu comme moi
Un stick à lèvres pour mon cœur gercé
Et des miettes de vieux granola
Aussi défraîchi que le papier peint de mémé
L'arsenal complet sponsorisé par Ragnana

Beaucoup de morceaux de papiers
Qui sont autant de pièces de puzzle
Que je ne veux plus assembler
Un mentos machouillé et un numéro de téléphone
Pourquoi l'appeler?
Je ne compte plus pour personne

magique !!! la poésie du quotidien :up:;)
 

DeletedUser31590

Guest
Concernant mes écrits, je suis plus une adepte de la prose ou alors des vers libres. En voici un exemple

L'île vierge





Tu n'avais jamais été tactile avant de me rencontrer

Je n'avais jamais été touchée avant de devenir ton île



Très peu d'hommes avaient essayé de m'aborder

Mes trésors étaient trop bien cachés



Tu n'avais pas de carte mais tu as trouvé mon coeur

Tu as déterré le coffre et j'ai donné la clé



Pour que tu puisses explorer cet inconnu

Pour que tu prennes d'assaut mon corps nu



Conquérant, tu as fièrement planté ton drapeau

Faisant tien ce territoire jusqu'ici préservé



Tout d'abord avec une infinie douceur

Pour que je rende les armes sans larmes



Et c'est seulement en se frottant à ton désir

Que l'île un peu trop sage est devenue sauvage



Tu as pris tout ce qu'il y avait à prendre

Comme un pirate qui dilapide son butin



Puis lassé de mes paysages, tu a repris le large

A la découverte d'autres rivages, d'autres visages



La marée a chassé presque toutes tes traces

sur la plage des regrets afin de laisser la place



A d'autres autres naufragés volontaires rêvant

de fouler à leur tour cette terre moins austère
 

DeletedUser31590

Guest
Bon je vais tenter de retrouver tous mes gages afin de réunir tous mes épisodes du Camping du Joyeux Lisier. Si vous en trouvez qui traînent sur le jeu à 30 tu as un gage, merci de les ajouter. Cela m'aidera

Un été au Camping du Joyeux Lisier
170412102912205930.png

- EPISODE 1-
TheKiller, Rob, FOE, fée et soso débarquent en 4L au camping du Joyeux Lisier. Il pleut...mais pas sur eux car en Bretagne, il ne pleut que sur les cons, c'est bien connu.
Soso- Qui monte la tente?
Silence assourdissant. Un ange passe.
FOE- L'architecte se dévoue, c'est un peu mon domaine la construction. Ne me remerciez pas. Mais je veux bien un peu d'aide pour les sardines...
Les quatre autres compères n'ont pas attendu qu'il finisse sa phrase et se dirigent déjà vers la plage. Fée a repéré un endroit où planter le parasol.
Fée- Kiki! Kiki?
Thekiller est à la traîne, les bras chargés de sacs, de serviettes et du parasol.
Fée- Kiki, ramène tes fesses!
Killer- J'arrive ma choupinette. C'est là que tu veux que je te plante le parasol?
Fée - Oui, dépêche-toi, ma peau délicate brûle sous ce soleil breton.
Killer- Tout de suite ma petite fée.
Rob est déjà en train de se dévêtir quand soudain, fée, soso et killer manquent de s'étoufffer, choqués par la vision du string rouge à pailletes arboré par Rob.
Rob- Vous aimez? C'est joli hein?
Soso- J'espère que tu l'as pas payé cher vu le peu de tissu...
Rob- Jalouse!
Killer- Tu serres de la meuf avec ça?
Rob (coquinou)- Je ne sais pas. Fée, je te fais de l'effet?
Fée (ironique)- Grave, je suis conquise.
Killer (vexé)- Quoi? Je vais te le faire bouffer ton string moi!
Fée - Oh mon kiki, t'énerves pas. Calme toi et viens me mettre de la crème solaire sur mon petit corps délicat.
Killer- Tout de suite ma petite clochette, tout de suite

- EPISODE 2 -

Soso ouvre la fermeture éclair de la tente et tombe nez à nez avec @rob22 , @FOEGames1 , @Kristillera , @fée clochette88 et @thekillerbreton bien affairés autour d'un gigantesque sac.
Soso- Ah vous êtes là! Je reviens de la supérette. Ils vendent des marinières de toutes les couleurs mais impossible de trouver un bonnet de bain à ma taille. Ils n'ont pas de XXXXXXL pour contenir tous mes cheveux. Je vais devoir me résoudre à opter pour un sac poubelle si je ne veux pas me mouiller les cheveux.
Les autres, le visage fermé et concentré, l'écoutent à peine.

Fée- Combinaison?
killer- J'ai!
Fée- Moufles?
FOE- J'ai!
Fée- Couverture de survie?
Kristi- J'ai!
Fée- Sèche-cheveux?
rob - J'ai!
Fée - Bouteilles de chouchen?
Kristi- J'ai!
Fée- C'est bon, on a rien oublié les gars
Soso- Qu'est-ce que vous faites?
Fée- Bah on se prépare pour aller se baigner à la plage.
killer- Avec une eau à 14 degrés, on a intérêt à prendre de quoi se réchauffer!

- EPISODE 3-
Fée, kristi et Thekiller mangent des curly dans leur tente tout en écoutant les grosses têtes à la radio.


Kristi (impatiente) – Mais qu'est-ce qu'elle fait soso ? Ça va faire deux heures qu'elle est partie à la douche...Je suis obligée de l'attendre, elle m'a piqué mon shampoing.

Thekiller- Moi aussi, il va falloir que je me décide à y aller, les mouches commencent à me tourner autour, c'est mauvais signe.

Fée – Tu sens toujours très bon mon petit killer.

Kristi – Faut croire que l'amour rend non seulement aveugle mais aussi anosmique…

Fée – ano quoi ?

Kristi- Et ignare en plus…Faites que je reste pour toujours célibataire…

Soso apparaît, les cheveux en pétard, un rouleau de papier toilette à la main.

Soso - J'ai réussi à piquer ça à un gosse aux sanitaires. La nuit, ça peut dépanner…

Kristi- Et mon shampoing, tu l'as perdu en route ?

Soso (fière d'elle) – Y a plus ! J'ai tout utilisé !

Kristi (énervée) – Tu déconnes… ?

Soso – Tu as vu ma tignasse ? Je vide une bouteille à chaque fois. Quelle galère ! Il me faut un temps infini pour rincer ensuite…

Thekiller – Deux heures quoi.

Soso – A peu près oui. Tout dépend si je fais un après-shampoing. Mais bon Kristi, cette radine, n'en avait pas à me prêter donc j'ai fait au plus simple.

Kristi – Et comment je fais moi maintenant ?

Fée – Si tu veux, je peux te prêter le mien…

Soso- Dépêchez-vous d'y aller car je pense qu'il ne doit plus rester beaucoup d'eau chaude après mon passage…

Kristi – Bah voyons !

Thekiller (faussement sérieux) – Afin de préserver l'environnement et d'économiser l'eau, cette ressource si précieuse pour l'humanité, je propose que nous prenions notre douche ensemble Fée.

Fée (amusée) – Si c'est pour protéger dame nature, difficile de dire non mon petit Killer.


FOE et Rob reviennent du concours de ping-pong, bras dessus, bras dessous.


Kristi- Les garçons, mauvaise nouvelle : il n'y a plus d'eau dans les douches.

Rob – Zut, ça fait trois jours qu'on ne s'est pas lavé. Je commence à cocotter

Thekiller imite la poule en battant des ailes.

FOE – Ce n'est pas grave, on comptait de toute manière aller à la piscine. Le chlore, c'est bien connu, ça désinfecte !

Soso (moqueuse) – Vous penserez quand même à vous laver les dents un de ces quatre...Si vous n'avez pas de dentifrice, demandez à Kristi. Elle se fera un plaisir de vous en prêter...


- EPISODE 4 -

Se remettant de leurs efforts déployés à l'occasion du tournoi de Bière pong, @thekillerbreton , @fée clochette88 , @Kristillera , @FOEGames1 , @rob22 et @soso la pouilleuse partagent un plat de pâtes froides. La lumière du jour décline peu à peu. Les moustiques, qui ont repéré leurs prochaines victimes, s'échauffent en coulisses. Quand soudain, apparaît dans l'allée principale du camping une Citroën BX bleue tunée. La voiture s'arrête près du groupe d'amis. La portière s'ouvre et laisse apparaître la jambe fuselée et poilue de @Izygomatique qui arbore un sourire émail diamant et une chaîne en or.



Kristi (criant de manière hystérique) – Izzzzzzzzzzzzyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy ! Que fais-tu ici ?

Izy (amusé) – Je viens vous embêter…

Kristi – Tu ne nous embêtes jamais. Tu es le bienvenu. Je suis trop contente !!!!!

Thekiller – Il reste des pâtes si tu veux. Froides, trop cuites et sans beurre. Les femmes en cuisine, ce n'est plus ce que c'était…

Fée – Tu seras privé de dessert toi vilain !

Soso – Tu as pris une tente ? Il reste plus beaucoup de place sur notre emplacement mais on va se serrer.

Izy – Pas la peine, j'en ai réservé un, quelques mètres plus loin.

Kristi – Ah non ! Tu restes avec nous. On est une équipe, on dort tous ensemble. On ne te laisse pas le choix. Si tu veux de l'aide pour la tente, demande à FOE. Il est très doué pour ça.

FOE (la bouche pleine de pâtes) – Je peux pas, j'ai piscine…



Sous le ciel étoilé, le groupe d'amis écoute Izy jouer de la guitare. Rob, épuisé, s'est endormi sur les genoux de Kristi.

Izy- Je sais que j'ai beaucoup de talent et vous pourriez m'écouter toute la nuit mais j'ai roulé toute la journée et je dois me reposer. Je vous dis bonne nuit les amis.

Kristi – Fais de beaux rêves mon petit Izy.

Izy rentre à l'intérieur de sa tente. Bientôt imité par les autres membres du groupe. En pleine nuit, Thekiller, Fée, soso, rob, FOE et Kristi sont réveillés par un bruit effrayant et se précipitent affolés à l'extérieur de leur tente.


FOE – Y a des lions en Bretagne ?

Rob – Je veux pas mourir, je suis trop jeune.

Thekiller – On dirait que ça vient de la tente d'Izy.

Soso ouvre la fermeture éclair de la tente d'Izy. Un puissant ronflement s'en échappe.


Fée – Oh purée, il en fait un de ces boucans le cochon.

Thekiller – C'est toi la petite cochonne.

Regard fatigué et désapprobateur de Fée.

TheKiller – Ok je retourne me coucher.

Soso – Je vais lui boucher le nez.

Kristi – Le pauvre….

Soso – ça marche pas

Rob – Et si on lui mettait un oreiller sur la tête pour atténuer le bruit ?

Soso – oui et on peut aussi l'étouffer, histoire que ça cesse définitivement…

Regard désapprobateur de Kristi.


Soso – Ok, je retourne me coucher. Ou du moins, je vais essayer.

Fée, FOE, et Kristi se mettent à siffler mais rien n'y fait, Izy continue à ronfler jusqu'à faire vibrer les parois en tissu de sa tente.

Le lendemain matin, frais et reposé, Izy prépare le petit déjeuner. La mine défaite, le groupe d'amis émerge difficilement.

Izy- Vous avez bien dormi ? Moi, oui !Je pensais aller voir les gérants du camping pour me faire rembourser mon emplacement, vu que je vais pas m'en servir.

Kristi (avec des valises sous les yeux) – Inutile de te précipiter, tu sais….Tu vas sans doute te lasser de toute cette promiscuité. Je sais que tu tiens beaucoup à ton indépendance...

Thekiller – Ouais, tu sais, on est assez pénible à vivre. (chuchotant) Surtout Fée.

Fée – En plus, je pense avoir repéré un nid de frelons dans l'arbre juste au-dessus de ta tente. Je m'en voudrais qu'il t'arrive un pépin.

Izy – Ah ok. Si vous voulez, mon emplacement est grand. S'il y en a qui veulent en profiter.

Soso – Je crois qu'on profitera mieux de notre nuit ici….


- EPISODE 5-

Ce soir au camping du Joyeux lisier, il fait beau, il fait chaud. Le malibu coco coule à flots et c'est soirée disco (oui je sais ça fait beaucoup de « o »). Fée, Kristillera et soso ont revêtu leurs habits de lumière pour briller sur le dancefloor. Thekillerbreton arbore un magnifique jean patte d'eph assorti de bottes en croco. Izygomatique, malgré sa mycose aux doigts de pied, a décidé de ne pas lâcher ses tongs. L'anticonformisme ne prend pas de vacances. Quant aux jeunes Rob22 et FOEgames1, traumatisés par le visionnage de La fièvre du samedi soir un mercredi après-midi après le goûter, ils ont préféré la soirée diaporama consacrée aux ravages de l'alcool chez les pêcheurs bretons.


Dans la salle, tout le monde se déhanche au rythme de la chanson Dancinq Queen d'Abba sous les reflets de la boule à facette. Derrière les platines, un DJ légèrement ventripotent, affublé d'une perruque afro et de lunettes de soleil roses pailletées, semble prendre son rôle très au sérieux.

King Lord - « Ce soir, je vais vous faire danser jusqu'au bout de la nuit mes chériiiiies. Qui c'est le roi du disco ? Qui c'est le king de la platine ? Kiiiiiinggggg Loooooord ! »

Applaudissements timides de la salle. Le DJ se dirige vers le bar et se serre pour la quatrième fois de la soirée une sangria bon marché. Son regard est attiré par le trio de campeuses. Kristi, fée et Soso sont en train d'exécuter une magistrale danse des canards sur un tube de Gloria Gaynor. King lord donne un coup de coude à Izygomatique qui, à côté de lui, s'empiffre de chamallows.

King Lord – Mignonnes les petites. Je les ramènerais bien dans la case pour faire goulou goulou si tu vois ce que je veux dire...Tu sais si elles sont accompagnées ?

Izygomatique (la bouche pleine) – Chtotalement chélibataires et désespérées. Chfonce mec.

King Lord – Sympa. Ça me changera, un peu de chair fraîche. Ces derniers temps, les moules étaient plus très fraîches si tu vois ce que je veux dire…(rire gras)

Izygomatique – Je te concheille chelle avec les ailes de fée. Elle n'a pas vu de concombre de mer depuis plusieurs marées.



Le DJ retourne à ses platines et prend le micro en affichant un air de loveur :

King lord – Je voudrais faire une dédicace à une jolie fée aux formes sensuelles et au charme surnaturel. Avec ses belles ailes, la demoiselle a volé mon cœur. Si tu veux bébé, il me reste un peu de poudre magique pour nous envoyer au septième ciel.

La déclaration du king des platines provoque l'hilarité générale chez Kristi, Soso et Izygomatique. Féeclochette regarde thekillerbreton avec un air inquiet. Ce dernier s'avance vers le DJ, les poings serrés et la veine jugulaire prête à exploser.

Thekiller- Eh mec, tu aimes les Bee Gees ?

King Lord – Bien entendu. Quelle question !

Thekiller – Cool, car une fois que je me serais occupé de toi, tu chanteras avec la même voix de castrat.

Izygomatique, la bouche toujours pleine de chamallows, se met alors à chanter : « Ah ah ah ah Chtaying alive, chtaying alive... »

EPISODE 6

Il n'est même pas 11h du matin mais @thekillerbreton et @king lord sont accoudés au bar du camping du Joyeux lisier, la barbe mal rasée, l'air maussade, le nez plongé dans leurs verres respectifs. Derrière le bar, @Izygomatique s'initie au flair bartending avec un peu moins de réussite que Tom Cruise. @sosolapouilleuse arrive, pleine d'entrain.

Sosolapouilleuse – Ouh la la, petite forme les gars…

Thekiller – Qu'est-ce que tu fous là ? T'es pas à la piscine avec les autres filles ?

Sosolapouilleuse – J'ai pas de bonnet de bain donc j'ai pas le droit. Oserais-je demander ce que tu fais derrière le bar Izy ?

Izygomatique (fier de lui)– Je rends service à la barmaid victime d'une panne de réveil. A cause de votre serviteur, elle s'est couchée très tard, enfin très tôt ce matin…

King lord – Au lieu de te vanter, prépare-moi un autre cocktail. Ressers-en un aussi pour mon ami thekiller.

Sosolapouilleuse (surprise)– Quand je vous ai laissé hier soir, vous étiez prêts à rejouer la Fureur du dragon version disco. Là, c'est le grand amour. J'ai dû louper un épisode.

Thekiller – Ça, c'était avant. Avant Francesco, ses biceps, ses pectoraux…

Kinglord – Ses dorsaux, ses tablettes de chocolat…

Thekiller - Son minuscule maillot de bain, son sourire de mafieux, son accent italien

Kinglord – Ses jambes imberbes, ses cheveux effet mouillé même pas mouillés

Thekiller – Qui les font toutes m…

//Ce passage a été censuré afin de préserver l'innocence de nos plus jeunes lecteurs//

Ravies et visiblement épanouies dans leurs tous petits bikinis, @féeclochette et @Kristillera approchent en direction du groupe.

Kristillera- J'adooooore l'aquagym !!!

Feeclochette – J'ai trop hâte d'être à demain. Et à après-demain. Et à après après-demain.

Kristillera – Ah les garçons, vous êtes là. Il faut absolument qu'on vous présente Francesco, le maître-nageur.

Féeclochette (béate d'admiration)– Il est si professionnel, si italien, si musclé…Zut, on a oublié de lui demander son numéro de téléphone. Viens Kristi, on y retourne.

Passablement énervés et très jaloux, King lord et Thekillerbreton regardent les filles se diriger vers la piscine et avalent leurs cocktails d'une traite.

Thekiller – Izy, tu nous remets ça ! C'est moi qui paie la tournée cette fois. On va se mettre minable toute la journée, se murger comme des gorets jusqu'à avoir du vomi dans les cheveux pour se consoler.

Lord King- Ça, c'est bien dit mon ami !

Sosolapouilleuse – Si c'est Killer qui paye, tu me serviras aussi un petit remontant Izy. Mais quelque chose de plus fort que ces cocktails sans alcool que ces deux énergumènes se descendent depuis tout à l'heure…

Thekiller – Sans alcool ?

Izy – Faut apprendre à lire les petits écriteaux les mecs : « Aucun alcool ne sera servi avant 17h. Cordialement. La direction de l'établissement ». (sarcastique) Désolée les potos, è il regolemanto (c'est le règlement)

- EPISODE 7-



Le soleil n'est pas encore levé et les brins d'herbe sont gorgés de la rosée du matin. A l'intérieur de la tente, @fée clochette88 et @thekillerbreton , en caleçon à cœurs rouges, dorment encore. Ils se sont couchés tard pour profiter de leur dernière soirée au camping du joyeux lisier. Quand soudain, le son d'une alerte SMS retentit. En lisant le message sur son smartphone, Thekiller s'effondre en sanglots bruyants. Très bruyants.

Féeclochette (la bouche pâteuse) – Qu'est-ce qui se passe ? Il est arrivé quelque chose de grave ? Le forum de FOE a fermé ? Innogames a été racheté par Bolloré ?

Thekiller (la morve au nez) – Non, non, non, c'est juste, juste que...(repart en sanglots). C'est @king lord qui m'écrit. Bouuuuuuh il va tellement me manquer. J'ai l'impression qu'on s'était trouvé lui et moi, tu vois. On était, était, était, tellement connecté. Chui troooop triste.

Alerté par les pleurs, @Kristillera surgit dans la tente.

Kristillera – Qu'est-ce qu'il se passe mon tit Killer ?

Féeclochette (ironique) – Ce n'est rien. Simplement le syndrome du cœur brisé par un flirt d'été. Car, sache-le, « c'est un amour de vacances, une histoire sans lendemain. Mais à laquelle on repense les yeux plein de chagrin. Avec la même impuissance face au temps assassin ».

Kristillera – Une fan de Christophe Rippert, on aura tout vu. Bon, je vais réveiller tout le monde. Il faut démonter les tentes, faire les bagages et les caser dans le coffre la voiture. On doit être parti d'ici 1 heure et demie.



Un à un, les campeurs émergent et convergent vers la table pour prendre un bon petit déjeuner sponsorisé par benco, pour démarrer plein pot.

@rob22 – Mesdames, messieurs, votre attention s'il vous plaît. J'ai une annonce à faire. FOEgames1 et moi, nous sommes arrivés à la conclusion qu'en notre qualité d'adolescents généralement qualifiés de fainéants et d'indolents, nous ne pourrons vous aider dans la tâche ingrate du rangement qui vous attend. Mais sachez que toutes nos pensées iront vers vous quand nous serons en train de nous amuser à la piscine.

@soso la pouilleuse – Si je dis que j'ai des ampoules aux mains...

@Izygomatique – Et moi une mycose aux doigts de pied...

Soso et Izygomatique – On est aussi exemptés ?

Kristillera – Ne rêvez pas vous deux! Le travail des enfants étant néanmoins interdit dans ce pays, FOEgames et Rob22 pourront se rendre à la piscine. On vous rejoindra une fois qu'on aura tout empaqueté les gars, ok ?


Les yeux encore rougis d'avoir trop pleuré, Thekillerbreton ferme le coffre du van familial. Féeclochette démarre. La voiture s'engage vers la sortie. Un dernier regard dans le rétroviseur pour dire au revoir au camping du Joyeux Lisier, aux folles soirées, aux cocktails avec ou sans alcool, aux sanitaires à l'hygiène douteuse, aux amours éphémères…

Kristillera – Finalement, on a été assez efficaces. Avec un peu de chance, on évitera les bouchons.

Soso – C'est bizarre qu'on ait réussi à tout faire rentrer dans la voiture aussi facilement.
Izygomatique - Oui, un vrai miracle surtout avec Kristillera qui n'a pas arrêté de s'empiffrer de glaces au chocolat.

Féeclochette – Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression qu'on a dû oublier quelque chose d'important. Au pire, le camping nous le renverra par la poste.



Pendant ce temps, dans la piscine quasi déserte, FOEgames et Rob22 barbotent l'air préoccupé.

Rob – Ils en mettent du temps à nous rejoindre les engagés. Je commence à avoir froid moi.

FOEgames – Pfffff. C'est quand même pas compliqué de démonter une tente...
 
Dernière édition par un modérateur:
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut